а
ru en

Doboulbach, doboulbas

Doboulbach, doboulbas est un tambour à cadre à un côté, tendu d’un cuir. Traditionnellement il est haut de 50-60 cm, au diamètre de 25-30 cm. Le cadre était fait de conifère, tendu de cuir de chameau. Auparavant on en faisait sortir des sons par la paume de la main ou par la manche de la cravache kirghize (kamtcha). A présent on le fait à l’aide de deux baguettes aux embouts moelleux. Le son de cet instrument est fort, sonore et prolongé (si la membrane est épaisse). Il peut servir d’un signal sacral ou de guerre. 
Aux années 70-80 du XX siècle, grâce à l’apparition des ensembles instrumentaux folkloriques, a surgi la nécessité de la reconstitution de doboulbachs. Les premiers doboulbachs ont été créés par les spécialistes de la région d’Och (au Sud de la république). Dans la presse kirghize on pouvait lire à ce propos : « Enfin a retenti un ancien instrument musical des Kirghiz – le tambour doboulbach. Passant pour être perdu il n’était mentionné que dans des légendes populaires… Les ayant étudiées scrupuleusement, le maître T. Erguéchov a créé une copie de cet instrument» (« Sovetskaya Kirghizia», 1981, 19 septembre). Erguéchov a construit 3 variétés de doboulbachs – grand, moyen, petit. Bien qu’ils soient différents de dimension, ils ont la même forme.