а
ru en

Kerney

Cet instrument de signaux était utilisé au cours de cérémonies officielles, de sorties solennelles des chefs de tribus, il était également utilisé pendant les campagnes, les combats… Les signaux d’alarme, d’attaque, de fanfares solennels victorieuses… Le kerney est un instrument musical à vent qui, tout comme sournay n’a pas été modernisé pour faire partie d’orchestres et existe toujours sous forme traditionnelle. Il reste invariable depuis son apparition. Ce n’est qu’un instrument de signaux et de cérémonies au son puissant et d’un timbre strident. Il en existe deux types : muyuz kerney (en corne) et djez kerney– deuxième nom de kerney (en cuivre, en laiton). Ils se distinguent considérablement. Muyuz kerney (en corne) est un des instruments les plus anciens qu’on fabriquait d’une corne courbée d’un chamois. C’est pour cette raison sa longueur peut varier de 30 à 40 cm. Cet instrument n’a pas d’embouchure. Djez kerney a l’air d’un long tuyau, dont la longueur peut être de un ou de deux mètres. Il peut avoir une embouchure. Le diamètre du pavillon est de 20 cm. Le kerney ressemble au karnay ouzbek et ouïgour, ce qui s’explique par la proximité territoriale du Kirghizstan de Sud et de l’Ouzbékistan. Le son du kerney est très fort et retentissent : il est destiné à l’espace ouverte. Dans la nuit des âges sa fonction était limitée : il ne servait qu’à informer d’événements importants. À présent c’est un attribut de grandes fêtes populaires

Sournay

Sybyzguy

Tchoor

Tchopo tchoor